Comment évolue notre sentiment d’insécurité ?

Évolution depuis 2012

Depuis le lancement de l’enquête annuelle nationale d’Insécurité routière en 2012, nous demandons chaque année à un échantillon représentatif de 2100 Belges de plus de 16 ans dans quelle mesure ils se sentent en sécurité sur la route. Pour y répondre, les personnes interrogées utilisent une échelle de 0 à 9. Zéro signifie « pas du tout en danger » et 9 « extrêmement en danger ». Les personnes interrogées attribuent un score pour chacun des modes de transport utilisés au cours de l’année écoulée. La figure ci-dessous nous montre l’évolution du sentiment d’insécurité ces 5 dernières années.

Les tendances les plus marquantes sont relevées chez les conducteurs de camion et de camionnette pour lesquels le sentiment d’insécurité est à la baisse en comparaison de 2014. Entre 2012 et 2014, leur sentiment d’insécurité avait légèrement augmenté mais cette année, il se trouve en dessous du niveau de 2012. En 2014, nous avions par ailleurs constaté une nette amélioration chez les cyclomotoristes mais la situation s’est à nouveau détériorée en 2016. Nous ne remarquons aucune différence avec 2014 pour ce qui est des usagers des transports en commun. Il semble par conséquent que les attentats perpétrés dans le métro de Bruxelles n’aient pas eu d’effet permanent sur le sentiment d’insécurité des usagers des transports en commun.

La situation a relativement peu évolué pour les autres catégories d’usagers. Le sentiment d’insécurité semble stagner depuis 2012 pour les piétons et cyclistes. Nous observons une légère baisse du sentiment d’insécurité chez les automobilistes et passagers de voiture, tandis que les motocyclistes se sentent davantage en insécurité au cours de cette même période.

De manière plus générale, nous ne constatons aucune évolution significative au niveau du sentiment d’insécurité au cours des 5 dernières années. Pendant cette période, le nombre de tués dans la circulation a chuté pour passer de 770 en 2012 à 732 en 2015.

Le nombre total de blessés a, lui aussi, diminué : de 57.763 en 2012 à 51.839 en 2016. Le sentiment global d’insécurité ne semble dès lors pas suivre cette tendance de près.